mercredi 5 août 2009

Philip J. Corso

Source Ovnis-USA

Philip J. Corso (22 mai 1915 - 16 juillet 1998) fut officier de l'armée Américaine où il a servi de 1942 à 1963, obtenant le grade de Lieutenant-Colonel.

Dans son livre "The Day After Roswell", Corso raconte comment il s'est trouvé impliqué dans la recherche de technologies extraterrestres à la suite du crash de Roswell en 1947.






C'est la première fois que cette interview est diffusée avec des sous-titres français, grâce au patient travail de Diouf et 11August sur le forum Ovnis-USA.

1 commentaire:

ptit fred a dit…

Corso naît en 1915. Il devient responsable de l'Army Research & Development Board - FTD de 1960 à 1961, membre du NSC sous Eisenhower.

Il aurait vu un corps d'extraterrestre récupéré du crash, et travaillé de 1961 à 1963 sur les découvertes de Roswell, chargé par son supérieur le général Trudeau de transmettre la technologie récupérée du crash à diverses compagnies américaines telles que IBM, Hughes Aircraft, les laboratoires Bell et Dow Corning, sans que ces compagnies soient au courant de la provenance des éléments technologiques qui leur étaient transmis. Corso considère que de cette action a permit la "découverte" de technologies telles que les microprocesseurs, les fibres optiques, le LASER, et les fibres à super-tenacité. Il parle également de l'influence qu'à eu la technologie extraterrestre dans les événements politiques et géopolitiques, le programme spatial américain, le programme de "guerre des étoiles", et la fin de la guerre froide Corso, P. J. & Birnes, William J.: Le jour après Roswell, Pocket Books Hardcovers 1997, ISBN 0-671-00461-1..

Il quitte l'armée le 11 mars 1963.

En juin 1997, suite à ses déclarations fracassantes publiées dans son livre, le CAUS entâme le 25 mars 1998 des poursuites Cas Civil 98-0538PHXROS contre l'Armée US pour obtenir tout les documents que Corso déclare avoir pu voir et lire. Pour aider le CAUS dans cette démarche, Corso signe une déclaration sous serment où il jure que ce qu'il a déclaré dans son livre est authentique. Le parjure, ou mentir sous serment, est punissable comme une offense criminelle encourant généralement une peine de prison pour la personne coinvaincue de parjure.

source http://www.rr0.org/personne/c/CorsoPhilipJames/

Enregistrer un commentaire

Accueil Accueil Accueil

Archives du blog

Les derniers commentaires

La Vierge de Guadalupe à Mexico

Cinéma